* Présentation *
Le 105 mm f/2 AF-D DC est une des deux optiques de la gamme "DC", qui comprend également un 135mm f/2. Leur particularité ? La technologie "defocus control" qui permet de modifier le rendu des flous d'avant-plan ou d'arrière-plan. Ces optiques font figure d'ovni dans la gamme actuelle, étant donné que les optiques amenées à leur succéder n'embarqueront très probablement pas cette technologie. Le récent 105mm f/1.4E en a d'ailleurs été dispensé.
A l'heure où j'écris ces lignes, je peux toujours me procurer un 105mm DC ou son grand-frère le 135mm en neuf via une commande chez Nikon Belgique, en m'acquittant de la somme de 1249 € pour le 105mm, 1599 pour le 135mm chez mon dealer habituel.
Cela rend le 105mm f/2 DC intéressant car, tout en étant sensiblement plus cher que le 85mm f/1.8G positionné dans la gamme inférieure, il est nettement moins coûteux que le 85mm f/1.4G (1689 €) et le 105mm f/1.4E (2459 €) voire le 135mm f/1.8 Art Sigma (1500 €). 
Pourquoi cette longueur focale ? En théorie, c'est la focale de 100mm en 24x36 qui rend fidèlement les proportions d'un visage. En pratique, il est donc conseillé d'opter pour une longueur focale de 90 à 135mm pour l'exercice du portrait (R. Bouillot, 2011).
Dans ce compte-rendu d'utilisateur, je m'attacherai à mettre en évidence les caractéristiques particulières de cette optique, dont le fonctionnement et l'impact sur l'image de la bague de "défocalisation" avant de la comparer avec le 135mm Art que j'ai également à disposition.
* Construction, ergonomie, autofocus, couleurs *
Le 105mm f/2 DC est avant tout "un beau cailloux", tout en métal, fabriqué à l'ancienne, avec une bague permettant de changer d'ouverture, un pare-soleil en métal intégré astucieux à dévisser et la fameuse bague de défocalisation sur laquelle je me pencherai davantage par après.
L'Autofocus est plutôt rapide mais inférieur au 105mm f/1.4E voire au 135mm Art pour ce qui est de la précision et de la régularité. Cependant, cela ne m'empêche pas de l'utiliser en reportage de type mariage sans difficulté majeure. Son poids est plutôt avantageux pour qui a l'habitude de longs reportages : 650 gr environ, contre plus de 900gr pour le 105 f/1.4E et 1,1 kg pour le 135mm Sigma. C'est d'ailleurs plutôt le 105mm DC que j'emporte avec moi dans ce cadre et pas le pesant 135mm Art.
Au niveau des couleurs, on se rend compte immédiatement à l'ouverture d'un fichier RAW que celles-ci sont moins chaudes et saturées que celles produites par les optiques actuelles (gamme G et E). Cela n'empêche aucunement de traiter l'image selon son goût !

Le 105mm de plus près, avec de bas en haut le sélecteur du mode autofocus (M/A), la bague de mise au point, la bague de défocalisation et le pare-soleil en métal coulissant.

* Piqué et bokeh en portrait *
On ne va pas se mentir, l'optique fait son âge ! Elle n'est pas très à l'aise en situation de contre-jour (elle me fait penser au 85mm f/1.8G dans ce domaine) et produit des aberrations chromatiques longitudinales conséquentes qu'il n'est pas toujours facile de supprimer sous Lightroom à coups de pipette ou de pinceau. En conséquence, j'ai plutôt tendance à éviter les situations de fort contraste comme celles que l'on obtient avec le soleil derrière le sujet, ce qui restreint un peu le champ de son usage, j'en conviens. La bonne nouvelle est que le piqué est globalement à niveau dès la pleine ouverture, soit f/2, sur mon d810. Pour ceux qui connaissent, c'est à peu près l'équivalent du piqué que délivre le 85mm f/1.4G à pleine ouverture également, mais à f/1.4, lui... On peut donc obtenir des images tout à fait exploitables dès la pleine ouverture à défaut du piqué ultime !
Voici une première série de portraits. Sur cette série, intégralement réalisée à f/2, la bague de défocalisation est restée réglée sur "neutre". Pour chaque cliché, vous pouvez analyser un crop 100% de l’œil où la map a été réalisée ainsi qu'une zone de l'image moins agrandie représentative du bokeh obtenu.

Nikon D810, 105mm, f/2, 1/200s, iso 200

Le crop 100% syndical

Crop sur le bokeh

Nikon D810, f/2, 1/125s, iso 80

Le crop 100% syndical

Crop sur le bokeh

Nikon D810, 105mm, f/2, 1/250s, iso 200

Crop sur le bokeh

Nikon D810, 105mm, f/2, 1/200s, iso 160

Crop sur le bokeh

A mon sens, on peut retenir les informations suivantes de cette série :
* l'AF manque de régularité et une mise au point parfaite avec le d810 au capteur très pixelisé n'est pas toujours obtenue. Cependant, la série est représentative : je n'ai pas dû "sur-shooter" pour les obtenir ;
* les sources lumineuses floues sont assez propres et diffuses (la correction auto des AC de Lightroom est activée, mais aucune correction locale n'a été réalisée) ;
* on peut observer des franges magenta en avant de la zone de mise au point (les cils par exemple) ou vertes derrière (dans les cheveux sur le dernier extrait). Ces franges sont discrètes mais nécessitent une correction manuelle pour (presque) disparaître.
Voici maintenant deux photos et leurs crops : la première à f/4, la seconde à f/2.8. A chaque fois, la bague DC est réglée en position neutre. Faites glisser le curseur de la souris pour faire apparaître la valeur d'ouverture :
f/4
f/2.8

f/4, crop 100%

f/2.8, crop 100%

Les constatations sont assez évidentes et je n'en posterai pas davantage : le piqué s'améliore sensiblement à f/2.8 et f/4 sans que le rendu d'image n'en devienne sec. Le bokeh demeure agréable.
*Le portrait à contre-jour *
Dans ce cadre, on voit aisément que le 105mm DC ne dispose pas des traitements de surface modernes : le flare est bien présent. Cependant, il faut garder à l'esprit que si le flare est fort visible dans les deux premiers clichés où le soleil est important et dans l'axe de l'optique, ce n'est pas le cas du dernier cliché où le soleil vient de côté. Stricto sensu, la gestion du flare est plutôt moyenne mais on peut aussi utiliser le flare à son avantage !

Nikon D810, f/2, 1/200s, iso 200

Nikon D810, 105mm, f/2, 1/640s, iso 100

Nikon D810, 105mm, f/2, 1/400s, iso 64

* Utilisation de la bague de défocalisation et comparatif * (à venir)
* En paysage *
Ce qui a été observé plus haut reste valable : si l'optique fait son âge et particulièrement à pleine ouverture (AC, flare), le piqué est à la hauteur en paysage, particulièrement dès f/2.8 mais l'image est utilisable dès f/2.

Nikon D810, 105mm, f/8, 1/200s, iso 200

Le crop 100% syndical

Nikon D810, 105mm, f/2.8, 1/800s, iso 64

Le crop 100% syndical

* Points forts *
+ Construction de qualité, pare-soleil intégré
+ Piqué toujours d'actualité sur 36 mpix
+ Autofocus relativement rapide sur D4/D810
+ Excellent bokeh et rendu d'ensemble
+ Bague DC permettant de modifier le rendu des zones floues
+ Relativement léger
+ Moins cher que les optiques de la gamme f/1.4
* Points faibles *
- L'autofocus manque de régularité et de précision
- Résistance au flare limitée
- Aberrations chromatiques longitudinales insuffisamment corrigées
 * Quelques autres photos au 105mm f/2 DC *
© Gaëtan Lepage 2015-2019
Back to Top