Ajout récent à la gamme Art, le 135mm est une focale fixe lumineuse dédiée avant tout au portrait. C'est une optique très bien construite, qui pèse son poids (plus d'1 kg à la pesée) et qui en impose (diamètre de filetage : 82 mm). L'autofocus (AF) est rapide et parfaitement ajusté à mon d810. Par contre, il était complètement en back-focus sur mon D4. En terme de rapidité, l'AF est plus rapide que celui des focales fixes lumineuses Nikon que j'ai pu essayer ou que je possède encore. Pour la précision et la régularité, je dirais que le 135mm est globalement tout à fait à niveau mais encore légèrement en-deçà des bonnes optiques fixes de la marque. Notons que l'optique propose un limitateur de plage de mise au point (0,875m à 1,5m). La distance minimale de mise au point est donc assez courte, ce qui permet de s'aventurer, sinon en proxy, au moins à quelques cadrages serrés comme il faut (rapport de reproduction de 1:5).

L'impressionnante frontale du 135mm

Au niveau du piqué, pas la peine de tourner autour du pot : les résultats sont superlatifs dès la pleine ouverture... Sur l'ensemble du champ. J'ai tout de même pu noter une légère baisse du piqué à courte distance mais le niveau reste très élevé. Fait notable, les aberrations chromatiques sont quasi invisibles. Cela permet d'obtenir des images d'une grande "propreté". Le vignettage est également sous contrôle.
L'usage
De par ses grandes qualités, ce 135mm peut s'attaquer à différents domaines : portrait, bien sûr, mais aussi paysage, photographie culinaire, de mariage ou plus généralement de reportage. Ce n'est pas à proprement parler une optique dédiée au sport mais on peut s'y risquer également.
En voici quelques exemples en paysage, reportage et proxy :

Nikon d810, 135mm, f/1.8, 1/1600s, iso 64

Le crop 100 % de la zone de mise au point

Nikon d810, 135mm, f/1.8, 1/200s, iso 720

Nikon d810, f/1.8, 1/250s, iso 110

Nikon d810, 135mm, f/1.8, 1/160s, iso 720

Nikon d810, 135mm, f/1.8, 1/320s, iso 110

Nikon d810, f/2.8, 1/200s, iso 640

Nikon d810, f/1.8, 1/320s, iso 720

Pour ma part, je le destine principalement au portrait et, pour cette raison, je ne développerai pas davantage les résultats obtenus dans des pratiques plus secondaires pour moi. En mariage ou reportage, je le trouve un peu trop lourd sur une journée de prise de vue, d'autant que ce n'est pas la focale que j'utilise le plus dans ce cadre et lui préfère un petit télé plus léger comme le Nikon 105mm f/2 DC. En paysage, il est irréprochable mais à mon sens d'intérêt secondaire vu sa focale plutôt longue et bien que son autofocus soit rapide, il est un bon cran en-dessous de celui d'optiques dédiées à cette activité comme un 70-200 f/2.8 ou un 200mm f/2.
C'est donc à mon sens dans le domaine du portrait qu'il excelle tout particulièrement. Tout d'abord, pourquoi opter pour une focale de 135mm dans ce domaine ? Selon René Bouillot, pour respecter les proportions naturelles d'un personnage, il faut utiliser un objectif dont la longueur focale soit telle qu'il couvre un angle de champ de 24°. Avec un reflex 24x36, cela correspond à une focale de 100mm et il préconise d'utiliser une focale de 90mm à 135mm. La focale de 135mm va donc légèrement déformer le sujet et flatter les personnes dotées d'un long nez !
Ceci étant posé, on peut observer qu'au-delà du piqué très élevé, le bokeh est neutre et exempt de franges colorées, ce qui confère à l'image un rendu très propre.

Nikon d810, 135mm, f/1.8, 1/320s, iso 180

Le crop 100 % syndical...

Nikon d810, 135mm, f/1.8, 1/320s, iso 180

Nikon d810, 135mm, f/1.8, 1/320s, iso 125

Nikon d810, f/2.8, 1/800s, iso 64

Voici une vue de test présentant un fort contre-jour. Le 135mm résiste bien au flare et très peu d'AC sont visibles.

Nikon d810, f/1.8, 1/320s, iso 110

La distance minimale de mise au point étant plutôt courte, cela autorise des plans très serrés dans lesquels on peut envelopper le sujet dans un flou très présent.

Nikon d810, 135mm, f/1.8, 1/320s, iso 500

Le 135 f/1.8 Art comparé au 105 f/1.4 E Nikon
Dans la gamme Nikon, il n'y a actuellement pas de nos jours un 135mm moderne. Il est donc naturel de comparer le récent 105mm f/1.4E de Nikon et le 135mm f1/1.8 Art. Voici deux photos : l'une est réalisée à f/1.4 au 105mm Nikon et l'autre au 135mm Art à f/1.8. Êtes-vous en mesure de les identifier ? Pour être franc, moi pas vraiment, et je ne vous donnerai pas la réponse afin de ne pas vous influencer ! J'ai réalisé ce comparatif le même jour au même endroit car je n'étais pas totalement certain de mon choix. J'ai analysé et scruté ces deux fichiers RAW et bien d'autres réalisés ce jour là avec les deux optiques et force fut pour moi de constater que les résultats étaient très similaires.
Voici deux crops 100% de deux autres photos réalisées avec le 105mm nikon et le 135 Art, les cadrages étant à peu près identiques, à pleine ouverture. Là aussi, il est bien compliqué de déterminer quelle optique a été utilisée.
De ce fait, quelle optique choisir pour du portrait ? Étant donné que toutes deux délivrent des résultats comparables, je suggère d'opter pour la focale qui vous convient le mieux.
Si néanmoins cet argument ne vous suffit pas pour vous décider, voici la liste des points sur lesquels l'une est supérieure à l'autre, en sachant qu'aucune des deux n'est médiocre.
Je choisis le 135mm f/1.8 Art car :
+ son autofocus est plus rapide
+ son piqué à pleine ouverture est un peu supérieur
+ il est quasi exempt d'aberrations chromatiques
+ il est moins cher (env. 1500 € soit 1000 € de moins)
+ sa distance de map est plus courte (0,875m contre 1m)
Je choisis le 105mm f/1.4E car :
+ il est plus lumineux
+ son autofocus est un peu plus régulier
+ le bokeh est plus doux dans la zone de transition entre le net et le flou
Toutes deux souffrent des mêmes désavantages : le poids et le prix.
Quelques autres photos au 135mm f/1.8 Art
© Gaëtan Lepage 2017-2019
Source : R. Bouillot, C. Drahce, "Le portrait photographique", Dunod, Paris, 2011
Back to Top